De trop nombreuses personnes craignent encore d’aborder le sujet de la rémunération au moment de l’entretien d’embauche. Et pourtant, il ne faudrait pas ! Après tout, la question du salaire à l’embauche est tout à fait légitime, surtout en période de crise économique.

Comment faire pour aborder le sujet de la rémunération avec son futur employeur ?  Pour vous aider, voici 5 conseils pour bien négocier son salaire à l’embauche !

1. Se renseigner sur l’entreprise et sur son secteur d’activité

Il s’agit d’une recherche préalable qu’il est important de mener. Quelle est la situation financière de l’entreprise ? Le secteur d’activité a-t-il été impacté par la crise économique ? Les réponses à ces questions peuvent vous guider pour évaluer le salaire auquel vous pouvez prétendre.

Pour trouver ces renseignements utiles, il est possible de consulter les jobboards, les actualités, le site internet de l’entreprise ou encore les réseaux sociaux. D’autre part, si vous connaissez une personne qui est ou a été employée par l’entreprise, renseignez-vous auprès d’elle.

2. Consulter une étude de rémunération

On n’y pense pas forcément, et pourtant, de telles études sont disponibles. Ainsi, consulter une étude de rémunération est un moyen fiable pour avoir un ordre d’idée quant au niveau des émoluments qu’un candidat peut négocier à l’embauche.

Ce type d’étude évalue assez précisément les prix du marché des différents secteurs d’activité, au niveau national notamment. Cela permet de comprendre ce qu’une personne de votre expérience peut espérer gagner dans son corps de métier.

3. Aborder le sujet au bon moment

Cela tombe sous le sens, mais il est toujours bien de la rappeler : il ne faut pas démarrer un entretien en abordant le sujet du salaire. Bien qu’essentiel, cela peut laisser paraître un manque de motivation envers le poste. Si votre « potentiel » futur employeur n’aborde pas explicitement le sujet, attendez la fin de l’entretien : posez-lui alors une question à propos de ses propositions salariales pour ce poste.

Il est très important d’aborder cette question à la fin, une fois que vous avez défendu vos compétences !

4. Parler de fourchette de salaire

Il est effectivement préférable de proposer à l’employeur une fourchette de salaire plutôt que de salaire « tout court ». Pourquoi cela ? La terminologie « fourchette » laisse une place à la négociation et vous permet de mettre en bas de ladite fourchette un salaire qui soit acceptable pour vous, et de mettre en haut de celle-ci une rémunération peut-être un peu plus « rêvée ».

De cette façon, l’espace de négociation reste en votre faveur !

5. Il faut argumenter

Il ne faut pas hésiter à prêcher pour votre paroisse en utilisant un argumentaire qui soit convaincant :

  • Faire référence aux études de rémunération ;
  • Si le salaire proposé est décevant, parlez votre ancienne rémunération le cas échéant ;
  • Si vous avez d’autres offres d’emploi, ne pas hésiter à les mentionner tout en mettant en avant une rémunération possiblement supérieure de la part de la concurrence ;
  • Mettez vos compétences et vos atouts personnels dans la balance.

Bon à savoir

Outre le salaire, il est également possible de négocier des avantages à l’embauche (possibilité de télétravailler, horaires flexibles, primes, voiture de fonction, remboursement des frais de transport, tickets restaurant…).

Article signé : Denise

Avatar
Rédactrice spécialisée dans le monde de l'entreprise et l'école dans le but de vous aider à atteindre vos objectifs professionnels.

Nous sommes là pour vous

Vous envisagez un entretien ou compter entamer une reconversion professionnelle ?

Me faire coacher